Rencontre des utilisateurs ANSYS

Un endroit bien centré, une information pertinente et l’occasion de réseauter dans le secteur des pros de la simulation numérique technique, c’est ainsi que je qualifierais la rencontre annuelle des utilisateurs d’Ansys. Cet Event organisé par CADFEM est aussi l’un des rares endroits où il est possible, et sans

A la plage avec les pros de ANSYS

contrainte, de se retrouver au tour du table pour refaire le monde numérique. Et qui plus est avec des acteurs de mondes aussi proche que Audemars Piguet, Rolex, Valfleurier et Vaucher Manufacture…
Vous l’aurez certainement compris la posibilité de réunir à une même table des horlogers de marques à la fois prestigieuses et diverses est suffisamment unique pour que cela soit souligné. C’est vrai que l’on peux aussi côtoyer les horlogers dans des mondes plus feutrés tels que Baselworld, SIHH ou autres WineWatch…

Mais là auprès de CADFEM les rencontres sont plus naturelles qu’ailleurs… >>>

C’est là que je profite de placer une référence à la SSC et sa prochaine rencontre du 14 septembre, soit la journée d’étude sur le thème de «la montre et ses fonctions, moteurs de développement pour l’horlogerie».
https://www.ssc.ch/manifestations-details/article/je2017-la-montre-et-ses-fonctions-moteurs-de-developpement-pour-lhorlogerie/

 

Toute la problématique de la simulation du porter de montre avec les contraintes diverses imposées aux maillons du bracelet.

A la suite d’une après-midi intense de présentations diverses et variées sur la simulation numérique façon ANSYS, il était logique de terminer la jounée à la plage la plus proche de l’EPFL, celle de Préverenges…

Ainsi sur la centaine de participants à ce forum une vingtaine se sont dirigés vers la plage de Préverenges pour siroter un kir face au lac et discuter notamment de la pertinence de telle ou telle analyse de matériaux ou encore pourquoi choisir une solution propriétaire de simulation numérique telle que Ansys alors que des logiciels open source peuvent s’acquitter honnêtement de certaines simulations…

Mais bon ce n’est évidemment pas ici le bon endroit pour en débattre !

Je fais ici référence à l’événement Forum CADFEM de début septembre 2017, décrit en détail sur le portail de l’industrie à cette adresse.
http://www.msm.ch/forum-cadfem-sur-la-simulation-numérique-a-622664/

Fribourg est numérique – Magazine Innovant mobile et en 4 langues

Après avoir abordé l’innovation en 2016, Fribourg Network Freiburg, le magazine économique du canton de Fribourg, fait le point des compétences des entreprises et des hautes écoles fribourgeoises dans l’industrie 4.0, le big data ou encore le cloud computing avec plus de 40 entreprises qui ont répondu présent.

De belles surprises attendent le lecteur. Outre ses éditions en français, allemand, anglais et mandarin, le magazine continue de s’enrichir de compléments d’informations écrites et audiovisuelles sur son application eBook pour PC, tablettes et smartphones. « La révolution numérique est en marche dans le canton de Fribourg et je m’en réjouis» tel est le constat d’Olivier Curty, le nouveau Directeur de l’économie et de l’emploi fribourgeois. Continuer la lecture de « Fribourg est numérique – Magazine Innovant mobile et en 4 langues »

Tout savoir des objets connectés

Si l’Internet des Objets a beaucoup fait parler de lui, il ne semble pas faire vraiment partie de notre quotidien. Et pourtant cet Internet des Objets est déjà bien là et son manque de visibilité n’est, pour ainsi dire, qu’apparent…

Auteurs: Xavier Comtesse, Florian Nemeti,
Giorgio Pauletto et Dominique Duay

Mine de rien l’Internet des Objets (IoT en anglais pour Internet of Things) s’est déjà glissé dans beaucoup de situations usuelles. Téléphones portables, véhicules et transport, objets domestiques, bâtiments, bureaux ou maisons résidentielles, quartiers et villes se sont tous vu doter de capteurs, d’émetteurs, de circuits intégrés et de dispositifs de communication comme les puces RFID (Radio Frequence IDentification), les cartes SIM ou eSIM, Wifi, Bluetooth, etc. ; ils ont tous connu un tel mouvement de miniaturisation qu’ils échappent à notre attention.

Dans le transport humain et de fret, un grand potentiel d’automatisation et de commande autonome existe. Un exemple particulier est la supervision des camions avant l’entrée dans un tunnel routier afin de prévenir tout accident à l’intérieur. (Source: Sick.com)

Cet article est une introduction à un ouvrage de référence intitulé «La Révolution des Objets» écrit par Xavier Comtesse, Florian Németi, Giorgio Pauletto et Dominique Duay. Il paraitra le 20 novembre 2017, aux éditions G d’Encre, Le Locle.

Les capteurs de pression piézorésistifs de la société KELLER AG se distinguent très nettement par leur haute précision et leurs plages de pression allant de 5 mbar à 2000 bar.

Une première approche des concepts
Le terme d’objet désigne ici toutes choses qui nous entourent telles que des appareils ménagers (du réfrigérateur à la chaîne HiFi), des machines, des véhicules, des appareils médicaux, etc. L’expression «objet connecté» désigne en fait toute chose concrète matériellement adressable par le protocole Internet (donc aussi bien sur un réseau local que sur un réseau élargi à l’Internet) qui comprendrait un dispositif électronique agrégeant capteurs, capacité de traitement et fonctions de communication sans fil. L’Internet des objets, c’est donc cet ensemble formé des objets capables de communiquer sans fil localement ou via l’Internet.
Ainsi des objets courants comme la télévision ou l’automobile sont des objets connectés dès lors qu’ils disposent de deux fonctionnalités : des moyens de mesurer des données (capteurs) et un dispositif d’analyse/transmission de celles-ci — puce incluant Wifi, Bluetooth, NFC (Near Field Communication, technologie d’échange de données à très faible distance, quelques centimètres), RFID ou encore une carte SIM pour la communication vers l’Internet. Tous les objets qui nous entourent peuvent ainsi être plus ou moins transformés en objets connectés. Il est important de souligner ici que «connecté» ne veut pas toujours dire être relié obligatoirement à Internet.
Un bon nombre d’objets seront connectés au sein de mini-réseaux locaux sans forcément disposer d’un accès à Internet qui ne leur sera d’aucune utilité pour accomplir la tâche précise qui les concerne. Par exemple, les capteurs de pression des pneus des automobiles produisent une information qui n’intéresse directement que le conducteur et le garagiste.
Au final le nombre d’objets connectés non reliés à l’Internet est potentiellement très important sans qu’on puisse évaluer aujourd’hui la proportion qu’il représentera.
Une équipe de l’ETH de Zurich a évalué à 150 milliards le nombre d’objets connectés à l’horizon 2025. C’est considérable si l’on pense que pour l’instant (2017), il n’y en aurait que 15 milliards à être déjà connectés dont la majorité sont des téléphones mobiles (7 Mia), des voitures (1 Mia) ou encore des téléviseurs (1 Mia).
L’avenir nous le dira… ce qui importe vraiment, c’est l’immense levier de croissance que l’IoT représente pour les entreprises. Ce qu’il faut garder à l’esprit c’est donc cette unique opportunité de croissance que porte avec lui l’IoT.

Ainsi, quels que soient les produits ou services aujourd’hui proposés, ils seront nécessairement affectés d’une manière ou d’une autre par l’Internet des Objets.

  • Comment se définissent les objets connectés ?
  • Quelle masse de données devrons nous gérer et sous quelle forme ?
  • Quelle économie va émerger de tout cela ?
  • Quels sont les futurs grands acteurs de cet IoT ?
  • Quelle sera la place du «consom’acteur» ?

A ce propos lire aussi
 Vers l’économie directe avec les consom’acteurs 
un article de Florian Németi et Xavier Comtesse

  • Comment faut-il se préparer ?
  • Quelle est la marche à suivre pour y participer ?

Les questions sont nombreuses et les réponses pour les entrepreneurs sont souvent plus difficiles à formuler qu’on aurait pu l’imaginer en première approximation. Désormais une aide va les accompagner durant la transformation sous la forme de l’ouvrage «La Révolution des Objets»

«La Révolution des Objets», un ouvrage de référence qui paraitra le 20 novembre 2017, aux éditions G d’Encre est écrit par un collectif d’auteurs:

Xavier Comtesse, Master en Mathématicien, Doctorat en Informatique, journaliste horloger, éditorialiste à l’Agefi et à la Tribune de Genève.
Florian Nemeti, directeur de la CNCI, Chambre Neuchâteloise du Commerce et de l’Industrie.
Dominique Duay, co fondateur du Swiss Data Forum et Data Entrepreneur chez Trivadis.
Giorgio Pauletto, Expert en prospective, stratégie et innovation aux SIG (Services Industriels de Genève).

 

Autres informations et article complet sur www.msm.ch/

 

 

Les Blockchains au secours de l’humanité

« Who are you? » A simple question that an estimate of 2.4 billion poor people worldwide (about 1.5 billion of whom are over the age of 14) can’t answer that question to the satisfaction of authorities. 
While they certainly know who they are, they are often excluded from property ownership, free movement, and social protection simply because they can’t prove their identity. Blockchain technology might offer a solution: mutual distributed ledgers (MDLs). MDLs are unalterable registers that allow groups of people to validate, record, and track transactions across a network of decentralized computer systems. Continuer la lecture de « Les Blockchains au secours de l’humanité »